B.E.D – Baxter Dury, Etienne de Crécy & Delilah Holliday #AlbumReview

Il n’y a rien d’étonnant à voir Baxter Dury collaborer avec un artiste électro comme Etienne de Crécy pour un (déjà !) nouvel album après le réussi Prince of Tears l’an dernier. En effet, le fils de Ian Dury a enregistré avec Rone en 2017 et plus anciennement avec Discodeine ou… Etienne de Crécy. Au DJ français et au dandy anglais s’ajoute la plus méconnue Delilah Holliday du groupe punk Skinny Girl Diet. Jusqu’ici tout va bien…

B_E_D

Le premier titre, Tais Toi, est très rythmique. Baxter est en spoken word comme on l’aime, Delilah assure les chœurs, ça nous rappelle les albums de Dury fils où les chœurs féminins sont au centre de sa musique. Une introduction plutôt réussie qui se poursuit avec Walk AwayDelilah prend davantage d’importance. On se dirige vers un album sympathique à l’écoute sans être extraordinaire.

How do you make me feel poursuit le sillon tracé par les deux premiers titres à une exception près : on s’attend à un crescendo, on l’a mais il s’arrête au bout de 5 secondes ! Un morceau qui pouvait (et même devait) durer au moins trois minutes s’arrête au bout de deux. C’est la frustration qui se poursuit tout au long de l’album jusqu’au summum avec le septième titre, Centipedes, une minute et trente secondes qui semblent inutiles.

L’album est plutôt mélancolique, quelques titres se fondent bien dans la discographie de Baxter Dury (White Coals, Only my Honesty Matters) mais l’ensemble est bien trop monotone, jamais Etienne de Crécy ne vient enflammer le rythme. Finalement, les deux meilleurs titres sont sûrement Fly Away et But I think dans lesquels Delilah Holliday monopolise le chant. 

B.E.D donne l’impression d’un album bâclé qui aurait pu être bien meilleur s’il avait été mieux travaillé. Au final, 9 chansons pour 20 minutes de musique. Baxter Dury n’avait jamais déçu, c’est maintenant le cas. En espérant qu’il n’ait pas annulé sa tournée française d’octobre pour se consacrer à cet album…

Publicités