Mass Hysteria – Maniac #AlbumReview

On retrouve Mass Hysteria qu’on ne pensait pas avoir quitté il y a longtemps après Matière Noire, sorti il y a déjà trois ans pourtant ! Le groupe a tourné jusqu’à l’été 2017 pour promouvoir ce que tout le monde a jugé être leur album de la maturité. Maintenant confirmé comme chef de file du métal français, Mass Hysteria sort Maniac, son neuvième opus.

Maniac

Dès Reprendre mes esprits, le premier titre, on comprend que MH veut repartir au combat, se remotiver et surtout nous remotiver. La voix si claire, rageuse et forte de Mouss qui utilise toujours et encore le français pour mieux nous haranguer est évidemment la grande force de Mass Hysteria. Le chanteur cite ses origines (Brest ou Ouessant entre autres), nous parle directement en employant régulièrement la deuxième personne du pluriel et n’oublie pas les messages politiques comme dans Chaman acide : « A 20 ans, on vote comme on vit : avec son cœur […] Pour chaque président élu c’est le même bordel : en plus d’êtres cocu, on paye la chambre d’hôtel« . Bref, Mass Hysteria sans Mouss, c’est inenvisageable.

On se souvient de ce groupe mêler la culture rap à son métal, cela semble fini tant le virage pris par Mass Hysteria est sombre. Pourtant, le dernier titre de Maniac, We came to hold up your mind, qui ne manque pas d’esprit contestataire (on y retrouve les voix de Tim Roth et Amanda Plummer dans la première scène de Pulp Fiction) est plus mélodique et nous rappelle les débuts du groupe.

L’album s’inscrit dans la lignée de Matière Noire (2015) et même de L’Armée des Ombres (2012) en étant aussi dark et inspirant toujours autant de rage comme l’avait montré la récente tournée destructrice de Mass Hysteria. Cependant, Maniac apparaît moins facile que ses prédécesseurs : il nécessite plus d’une écoute pour vraiment y accrocher et le comprendre quand des titres tels Vae Soli ! ou Plus que du metal étaient, auparavant, très accessibles. 

Publicités