Prémonitions, philosophie du thriller

     En France, il y a deux catégories de personnes : celles qui sont abonnées à Canal + et celles qui ne le sont pas. Vous allez me dire que je ne vous apprends pas grand chose avec cette introduction digne de la philosophie shadok mais il fallait bien commencer par quelque part. Je fais, personnellement, parti de la seconde catégorie. Dans cette catégorie, les gens sont tout de même parfois emmené à regarder Canal + grâce à des offres ponctuelles que leur fournisseur télé leur propose. Souvent, c’est le temps d’un week-end et souvent ce qui passe le dimanche soir sur la 4e chaîne est un bon programme (histoire d’attirer le téléspectateur à souscrire à Canal enfin bref je ne vous fait pas un dessin, vous voyez que la vente n’est pas mon truc, j’en suis déjà à presque dix lignes pour vous expliquer quelque chose que vous connaissez déjà). Bref, (oui c’était long bah c’est comme ça) ce dimanche soir-là (pas commercial mais littéraire mystérieux, on laisse le doute sur la temporalité… oui bon d’accord j’arrête) c’était le film Prémonitions qui était diffusé sur la chaîne actuelle de Vincent Bolloré (d’ailleurs… non ça va on s’est assez écarté du sujet comme cela).

135727-jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

       Prémonitions est un film américain, réalisé par un Brésilien, sorti en 2015. Avec Anthony Hopkins et Colin Farrell, le film regroupe aussi Abbie Cornish et Jeffrey Dean Morgan, plus présents dans des films de science-fiction ou des séries dont je ne suis pas amateur. Ces deux derniers acteurs étaient donc de très belles surprises pour moi. La technique de tournage les met beaucoup en avant et leurs interprétations apportent vraiment un plus. Pour Anthony Hopkins, c’est une valeur sûre et l’âge n’affecte en rien cela, mention spéciale pour sa voix française. Elles sont souvent critiquées mais celle de Jean-Pierre Moulin (habitué de l’interprète de Hannibal mais aussi de Jack Nicholson) colle très bien au personnage relativement mystique du Dr Clancy.

       Le film est un thriller mais malgré les influences de Seven ou Incassable, on peut le classer dans la catégorie des thrillers modernes qui développent souvent une partie de science-fiction mais aussi d’autres aspects au-delà du thriller. La part de science-fiction c’est le fait que le personnage d’Anthony Hopkins « a la version spéciale grand-luxe d’intuition instinctive » comme il le dit dans le film. En effet, il peut connaître le passé mais aussi deviner et voir le futur et donc anticiper chaque chose. Il se trouve qu’il n’est pas le seul à posséder ce pouvoir… C’est donc ici que l’influence d’Incassable arrive avec un thriller purement mené sur quelque chose à découvrir et arrêter avec l’aide du surnaturel. Pour ce qui est de l’influence de Seven, elle se trouve au niveau de la légitimité du crime. Dans le film de David Fincher, John Doe (Kevin Spacey) légitime ses crimes par les sept pêchés capitaux, il trouve cela normal que ces personnes meurent puisqu’elles commettent un pêché et nuisent à la société. Dans Prémonitions, la légitimation du crime est beaucoup plus noble et même compréhensible : le tueur commet ses crimes afin que ses victimes, toutes atteintes de maladies mortelles, n’aient pas à subir la souffrance que leur inflige leur maladie. Cela est évidemment considéré comme un crime comme un autre mais malgré tout, une question philosophique se cache derrière tout ça : celle de l’euthanasie ou du droit à mourir dans la dignité.

      Rares sont les films avec une portée philosophique et une question sans réponse d’actualité. Derrière son oeuvre, le réalisateur Afonso Poyart ne laisse pas transparaître clairement son avis mais on peut néanmoins suggérer qu’il est contre toute forme d’arrêt de la vie de quelqu’un puisqu’il catalogue cela comme un crime. On peut émettre d’autres hypothèses compte tenu des différents événements du film qui d’ailleurs apportent une dimension émotionnelle qui rend Prémonitions très complet malgré son genre. Je ne vais pas m’avancer plus car je spoilerai. Je vous conseille simplement de foncer voir ce film tête baissée sans passer par la bande-annonce qui vous en dévoilerai déjà trop mais simplement par l’affiche qui nous dit « Comment arrêter un tueur qui prévoit l’avenir ? ». Courrez aller voir la réponse.

Publicités