Des Bleus qui font plaisir à voir

     Après une entrée dans les éliminatoires de la Coupe du Monde 2018 décevante en Biélorussie (match nul 0-0), l’Equipe de France jouait ces derniers jours deux nouveaux matchs : face à la Bulgarie, vendredi, au Stade de France et à Amsterdam, face aux Pays-Bas, lundi. Les Bleus s’en sortent avec six points, cinq buts marqués et un seul encaissé : que du bon sur le point statistique donc.

     Vendredi, face à la Bulgarie était aligné un 11 qui est maintenant assez logique et va bientôt devenir classique. Lundi, à Amsterdam, Didier Deschamps a aligné la même équipe à l’exception de Bacary Sagna, sorti sur blessure lors du premier match avant la demie-heure de jeu et remplacé par Djibril Sidibé, le Monégasque qui était donc titulaire face aux Pays-Bas.

     Du côté de la défense, elle a été très rassurante. Hugo Lloris n’a pas eu beaucoup à se montrer et a su arrêter les balles quand il fallait le faire (notamment la reprise de Memphis à bout portant) et a su gérer au pied avec très peu d’erreurs. En charnière, Koscielny et Varane ont impressionné tant leur efficacité a été remarquable. Contre la Bulgarie, le Madrilène pouvait se permettre de monter au niveau de la ligne de milieu et cela fonctionnait très bien, il participait à la construction du jeu et le Gunner restait en patron derrière. Aucune grosse erreur ni faute n’est à signaler, cette charnière centrale, qui s’inscrit dans la durée, semble être celle qui manquait à l’Equipe de France. A noter la récupération puis la passe de Koscielny au départ de l’action sur le but de Pogba.  Sur les côtés, Kurzawa a été impressionnant face à la Bulgarie, se trouvant parfaitement avec Payet côté gauche avant de couler face aux Pays-Bas malgré un bon premier quart d’heure. Le Parisien a perdu beaucoup de ballons, a été mangé par son adversaire et a même été pris de vitesse plusieurs fois dont une où il est déposé sur place. Layvin Kurzawa reste tout de même titulaire indiscutable au poste de latéral gauche, après tout, à qui n’est-ce jamais arrivé de passer à travers un match….? A droite c’est déjà arrivé plusieurs fois à Bacary Sagna qui a concédé un penalty mais s’est rattrapé en offrant d’un centre le premier but à Gameiro. Malheureusement il sortira sur blessure suite à cela, remplacé par Sidibé qui a été globalement bon. Moins timide mais coupable, du coup, de peut-être plus d’erreurs, le latéral droit a été très actif lundi.

     Le milieu de terrain est aujourd’hui composé de deux joueurs étant donné le 4-2-3-1 qui s’impose. Paul Pogba est l’un de ces joueurs. Catastrophique vendredi, le Mancunien a tout manqué : techniquement et physiquement, la Pioche était presque transparente par moment et ne servait en rien à la distribution ni à la récupération. Utile uniquement pour faire des passes latérales qui ne faisaient en aucun cas avancer le jeu français. Son boulot a tout simplement était fait par Raphaël Varane qui jouait plus haut comme je l’expliquais précédemment. Lundi, Pogba a été meilleur et même largement meilleur : mettant son physique au service du collectif, se servant de sa technique et de sa vision du jeu pour distribuer, il a été l’un des artisans de la victoire française puisque la réussite était même avec lui, inscrivant un très beau but d’une frappe lointaine dont il a l’habitude. A côté de lui, Blaise Matuidi a lui aussi été presque fantômatique face à la Bulgarie avant de se révéler techniquement face aux Pays-Bas et mettant ses courses au service de la récupération.

     Dans la ligne des trois offensifs, Payet a très bien combiné avec Kurzawa face à la Bulgarie avant de rater pas mal de choses face aux Pays-Bas, à croire qu’ils sont dépendants l’un de l’autre. Auteur de beaux gestes techniques, Dimitri Payet a surtout été imprécis et a perdu beaucoup de ballons notamment en contre-attaque où les Bleus avaient de grosses occasions de marquer. Il est remplacé vers la 70eme minute par Anthony Martial qui n’a malheureusement pas pris sa chance, lui qui aurait pu apporter de la vitesse et surtout de l’efficacité à cette Equipe de France, incapable de marquer un second but. Moussa Sissoko a lui était globalement bon, imposant sa puissance comme d’habitude.

     Et enfin, devant, le duo tant attendu ! Le tandem de l’Atletico qui marche si bien depuis le début de saison et qui me faisait saliver d’envie de les voir associés en Equipe de France et bien c’est maintenant chose faite. Antoine Griezmann et Kévin Gameiro ont montré, vendredi, qu’ils étaient complémentaires et s’entendaient à merveille sur un terrain. Gameiro a marqué par deux fois, le temps pour lui de montrer qu’il est l’attaquant français le plus complet (deux pieds, jeu de tête, technique, agilité mais aussi jeu sans ballon et récupération qu’il a appris avec Unai Emery et continue d’approfondir avec Diego Simeone). Le duo a moins été en réussite lundi : Griezmann a manqué plusieurs passes et certaines actions que normalement il ne loupe jamais. Gameiro s’est tout de même procuré des occasions, sans briller. On a juste hâte de revoir cette nouvelle association briller sous le maillot bleu !

     Tactiquement, Didier Deschamps s’inspire de tout ce qui se fait de bon dans le football aujourd’hui et cela s’est vu face aux Pays-Bas avec un pressing et une remontée de balle digne de l’Atletico de Simeone. Côté coaching, les choix du sélectionneur ont tous été justifiés et logiques notamment les sorties de Payet et Gameiro à Amsterdam qui n’ont, malheureusement pas profité à Martial et Gignac, incapables d’apporter du mouvement offensivement.

     L’Equipe de France est première de son groupe avec 7 points et jouera la Suède le 11 novembre, qui est à égalité de points avec les Bleus. L’occasion donc de prendre seule la tête de ce classement.

Crédits photo : LCI

Publicités