Euro 2016 : des paillettes aux larmes

     L’Euro 2016 en France était marqué sous le signe de la sécurité et malheureusement de la peur due au terrorisme activement présent en France depuis plus d’un an. Malgré des incidents dont je ne parlerai pas puisqu’il est inutile de relayer la bêtise humaine, ce championnat d’Europe a été plutôt bien maîtrisé. Alors, en dépit de parler de ces idiots, je vais au contraire parler de ceux qui ont fêté cet événement, célébré leur équipe et fait vivre cet Euro 2016 en France. 

     Comment parler de la fête de la troisième plus grande compétition sportive au monde cette année sans parler des supporters irlandais ? Je ne vais pas lister tous les beaux et drôles actes auxquels ils nous ont fait profiter mais parler du phénomène nord-irlandais : Will Grigg. Il est l’attaquant titulaire de Wigan (D3 anglaise) et n’a pas joué une seule seconde dans cet Euro, cependant il a sa chanson : «Will Grigg’s on fire». Sous l’air de «Freed from desire» du groupe GALA, le titre a été repris par les supporters de nombreuses équipes adaptant les paroles à leur buteur maison. Ce chant de supporters est l’un de mes coups de cœur de la compétition.

L’hymne nord-irlandais entonné par la fanzone de Belfast ici.

     Les événements footballistiques comme ceux-là créent forcément des surprises. La Hongrie a créée la sensation en se qualifiant en 8èmes de finale et prenant la première place de son groupe devant l’Islande, le Portugal et l’Autriche. Emmenée par son capitaine Dzsudzsak qui a été une découverte pour moi, la sélection hongroise a surpris puisque méconnue. Malheureusement, ils ont craqué en phase finale, se faisant éliminés 4-0 par la Belgique.

     La vraie-fausse surprise de cet Euro est l’Italie. La Squadra Azzura a également finie première de son groupe en battant la Belgique et la Suède. Le jeu proposé par les hommes d’Antonio Conte a été d’autant plus surprenant lorsqu’ils ont rencontré l’Espagne en 8èmes de finale, prenant le ballon à la Roja et donnant une leçon tactique aux coéquipiers de Sergio Ramos. Après ça, les Italiens ont tenu tête aux champions du monde allemands pendant deux heures en quart de finale. Pour ces trois performances (victoires sur la Belgique et l’Espagne puis nul face à l’Allemagne) l’Italie méritait d’aller plus loin mais les tirs au but étaient le véritable point faible de la Squadra malgré un Gianluigi Buffon malheureux. Merci aux Italiens de nous avoir réconcilié avec leur équipe depuis 2006.

     Le match le plus fort en émotions, subjectivement évidemment, est la demi-finale France-Allemagne. 1958, les Bleus n’avaient plus battu la Mannschaft depuis 1958. Certains joueurs avaient toujours en travers de la gorge la défaite de justesse en quart de finale de la Coupe du Monde au Brésil il y a deux ans. La source de motivation était énorme et cette équipe de France-là l’a fait. Quelle joie de voir ce collectif si novateur et si surprenant battre une Allemagne, certes amoindrie mais tout de même championne du monde en titre. Ce match sert de match référence pour beaucoup des Français (Lloris, Umtiti, Griezmann …). Oui les Allemands ont eu le ballon mais ils n’ont pas su s’en servir pour créer assez de réelles occasions de but. La mauvaise foi de Neuer (il a déclaré que le résultat n’était pas mérité) est presque belle à voir étant donné le jeu insupportable qu’il pratique et le deuxième but qu’il prend à cause de cela. L’ivresse vécue dans les rues françaises après le match était comparable à celles de 2006 et surtout celle de France-Brésil, on a à nouveau battu la meilleure équipe du monde.

38977a_0d540fabc09e49e9931731735258f4f2mv2

     La France avait jouée sa finale contre l’Allemagne, le Portugal a gagné en pratiquant un football peu apprécié des spectateurs mais le résultat en est là. C’est une année triste pour le jeu footballistiquement parlant avec cette victoire portugaise qui suit celle, à nouveau loin d’être méritée, du Real Madrid en Ligue des Champions et pourrait donner lieu à un nouveau Ballon d’Or du leader de ces deux équipes : Cristiano Ronaldo.

Crédits photo : FFF

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s